A creative 18 day residential course – from 10-28 April 2020, in Venezuela (registration open until 10th January 2020)

Who are we ?

Over its 25 years of existence, the Latin American School of Cinema, Television and Theatre (EPLACITE) has conducted thousands of workshops throughout the Latin American continent. Supported by filmmakers such as Alex Cox or intellectuals such as Ignacio Ramonet, this long experience has created a unique, intensive, audiovisual teaching method. Salvadorian filmmaker Sergio Sibrián participated in one of these workshops, and his first work « El Tigre y el venado » (« The Tiger and the Deer« ) was crowned Best Latin American Documentary Award at the 2015 Sunscreen Festival (Florida):   

The Movement of Landless Rural Workers of Brazil took part in our training sessions and created the short film « Tierra es de todos« , « The land is for everyone » (see below) and are mentioned in this report from the French Reporterre site :

In 2019, the documentary « Marcha« , made by young directors from EPLACITE, was selected by the festival « Rencontres du Cinema Latin-American 2019 » (Bordeaux, France), the International Festival of Political Cinema FICIP 2019 (Argentina ) and the International Festival of Human Rights of Guadeloupe 2019:

What is the workshop all about?

This creative 18 day residential workshop (10-28 April 2020, in Venezuela) is part of a social movement for 15 apprentice filmmakers or absolute beginners. No prior film training is necessary. Participants will have the space and all the tools they need to prepare, produce, edit, present their short films and share their experiences. The workshop is a space for individual and collective creation depending on the interests of each participant. Everyone will work on what he or she thinks is important .. The workshop will be conducted in Spanish, French and English. At the end of the course, EPLACITE will award each participant with a professional diploma.

Summary of contents

  • Understand the moral relation with the social Other as the basis of the documentary. Here, the director is on an equal footing with the Other, far from the thematic market which subtly pushes him or her to erase History to individualize « human objects ».
  • Become aware of « off-camera » as an activator of the viewer’s imagination. Understand the role of inferences
  • Become aware of the « detail » plan as a detachment of time and space, hinge between different spaces / time.
  • Become aware of sound as a creator of mental images.
  • Become aware of parallel editing as a concentration of time. The ellipse as activation of the spectator’s imagination.
  • Learn to move from the concept of the isolated individual to the social individual + triangular relationship beings-things-beings. An example of a frame style: Joris Ivens.
  • Why and how to portray processes rather than products.
  • Why make a camera movement? Passage of the epicenter of an action to another, relation between the points of interest, creation of the « out of field ».
  • Understanding the mutual construction between the universe and the character.
  • Become aware of the observation of the main and secondary axes, how to go from one to the other. An axis (look, dialogue, movement, creation-production of something, movement of relationship, organization, even intellectual editing, etc. ..) is the basis of the construction of a cinematographic space. Working the relationship between its angles, durations, scales, goes beyond the mere descriptive aspect of an action. To write-in-cinema is to gradually create the relationship between the universe and the character, between narrative poles, to prepare, measure, calibrate the impacts of one on the other, between things and beings, and between beings and things. One can thus go from a physical axis to a mental axis and, beyond the mere description of a place or an action, evoke a revelation.
  • Know and practice the three interview techniques to overcome the « radio disguised as television », that is the front interview + TV newspaper cut plans.

Sample exercises (adaptable to participants’ needs)

Listen to the sound of fragments of films, draw imaginary plans associated with these sounds, then see the same fragment with the image, to discover the creative power of mental images that the sound possesses.
Listen to the environment with your eyes closed, then verbalize the sound map.
A day or an afternoon of pure observation to detect the sensations (sound and visual) that everyone perceives from the environment and then work on the development of these sensations.
Exercise shooting totally free. Between the director’s intention and the collective perception that follows, study the successes and possible improvements. Discovered by this means of audio-visual grammar elements.
Exercise of the « Lumière » shot. Understand the strength of the composition in the frame. Some laws of composition. The « Eisenstein Exercise » (« Crime and Punishment »)
Concept shot: take a shot to illustrate an idea such as « love », « loneliness », « time ».
Exercises of light. Exercises of color. Rhythm exercises.
Build an action in three sounds (using each of the 3 « sound shots »)
Construct an action in three planes (using the 3 narrative poles).
With these last two exercises, we’ll also discover some virtues of editing.
Figure-bottom exercises / internal-external movement / exercise of creating an off-space. Exercises: Interview in situation.

***********************************

How to register?

Very easy! Just email us at escuelaterratv@gmail.com. . Registration is open until 10th January.

Thierry Deronne, coordinator of EPLACITE and TERRA TV international training

Below: trailer for forthcoming release of our documentary « Commune« , fruit of a year’s work in a popular district of Caracas. Directors: Jesus Reyes and Victor Hugo Rivera.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Résidence de création de 18 jours – du 10 au 28 avril 2020, au Venezuela (inscriptions ouvertes jusqu’au 10 janvier 2020)

Qui sommes-nous ?

En 25 ans d’existence, l’École Populaire et Latino-Américaine de Cinéma, Télévision et Théâtre (EPLACITE) a réalisé des milliers d’ateliers dans tout le continent latino-américain. Défendue par des cinéastes comme Alex Cox ou des intellectuels comme Ignacio Ramonet, cette longue expérience a permis de créer une méthode unique, intensive, d’enseignement audiovisuel. Le cinéaste salvadorien Sergio Sibrián a participé à un de ces ateliers, et a vu sa première oeuvre « El Tigre y el venado » (« Le Tigre et le Cerf« ) couronnée du Prix du Meilleur Documentaire Latino-Américain au Festival Sunscreen 2015 (Floride) :

D’autre partenaires de nos formations tels le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil qui ont créé le court-métrage « La tierra es de todos« , « La terre est à tous » (voir ci-dessous) sont évoqués dans ce reportage du site français Reporterre :

En 2019, le documentaire “Marcha”, réalisé par de jeunes réalisateurs sortis de l’EPLACITE a été sélectionné par le Festival « Rencontres du Cinéma Latino-américain 2019 » (Bordeaux, France), le Festival International de Cinéma Politique FICIP 2019 (Argentine) et le Festival International des Droits Humains de Guadeloupe 2019.:

En quoi consiste l’atelier ?

Il s’agit d’une résidence de création de 18 jours – du 10 au 28 avril 2020, au Venezuela – au sein d’un mouvement social, pour 15 apprentie-e-s cinéastes ou simples débutant(e)s. Aucune formation préalable au cinéma n’est nécessaire. Les participant(e)s disposeront des espaces et des outils pour préparer, réaliser, monter, présenter leurs court-métrages et pour échanger leurs expériences. Cet atelier est un espace de création individuelle et collective qui part des intérêts de chaque participant. Chacun(e) développe ce dont il ou elle pense qu’il est important de parler. L’atelier se donnera en trois langues (espagnol, français, anglais). A l’issue des cours l’EPLACITE vous délivrera un diplôme professionnel.

Résumé des contenus

  • Comprendre la relation morale avec l’Autre social comme base du documentaire. Ici, le(a) réalisateur(trice) est sur un pied d’égalité avec l’Autre, loin du marché thématique qui le(la) pousse subtilement à gommer l’Histoire pour individualiser des « objets humains ».
  • Prendre conscience du « hors-champ » en tant qu’activateur de l’imagination du spectateur. Comprendre le rôle des inférences.
  • Prendre conscience du plan « détail » en tant que détachement du temps et de l’espace, charnière entre espaces/temps différents.
  • Prendre conscience du son en tant que créateur d’images mentales.
  • Prendre conscience du montage parallèle comme concentration du temps. L’ellipse comme activation de l’imagination du spectateur.
  • Apprendre à passer du concept de l’individu isolé à l’individu social + relation triangulaire êtres-choses-êtres. Un exemple de style de cadre: Joris Ivens.
  • Pourquoi et comment dépeindre les processus plutôt que les produits.
  • Pourquoi faire un mouvement de caméra ? Passage de l’épicentre d’une action à un autre, relation entre les points d’intérêt, création du “hors champ”.
  • Compréhension de la construction mutuelle entre l’univers et le personnage.
  • Prendre conscience de l’observation des axes principaux et secondaires, comment passer de l’un à l’autre. Un axe (de regard, de dialogue, de mouvement, de création-production de quelque chose, de mouvement de relation, d’organisation, voire de montage intellectuel, etc..) est la base de la construction d’un espace cinématographique. Travailler la relation entre ses angles, ses durées, ses échelles, permet d’aller au-delà du simple aspect descriptif d’une action. Ecrire-en-cinéma, c’est créer progressivement la relation entre l’univers et le personnage, entre pôles narratifs, préparer, mesurer, calibrer les impacts de l’un sur l’autre, entre les choses et les êtres, et entre les êtres et les choses. On peut ainsi passer d’un axe physique à un axe mental et, au-delà de la simple description d’un lieu ou d’une action, susciter une révélation.
  • Connaître et pratiquer les trois techniques d’interview pour dépasser la « radio déguisée en télévision » qu’est l’interview frontale + plans de coupes du journal TV.

Exemples d’exercices (adaptables aux besoins des participant-e-s)

Ecouter le son de fragments de films, dessiner des plans imaginaires associés à ces sons, puis voir le même fragment avec l’image, pour découvrir le pouvoir créateur d’images mentales que possède le son.
Ecouter l’environnement les yeux fermés, puis verbaliser la carte sonore.
Une journée ou un après-midi d’observation pure pour détecter les sensations (sonore et visuelle) que chacun perçoit de l’environnement et travailler ensuite sur le développement de ces sensations.
Exercice de prise de vue totalement libre. Entre l’intention du réalisateur et la perception collective qui suit, étudier les réussites et les possibles améliorations. Découverte par ce moyen d’éléments de grammaire audio-visuelles.
Exercice du plan « Lumière ». Comprendre la force de la composition dans le cadre. Quelques lois de composition. Exercice d’Eisenstein (« Crime et châtiment »)
Prise-concept : faire une prise de vue pour illustrer une idée telle que « amour », « solitude », « temps ».
Exercices de la lumière. Exercices de la couleur. Exercices de rythme.
Construire une action en trois sons (en utilisant chacun des « 3 plans sonores »)
Construire une action en trois plans (à l’aide des 3 pôles narratifs).
Avec ces deux derniers exercices, on découvre aussi quelques vertus du montage.
Exercices figure-fond / mouvement interne-externe / exercice de création d’un hors champ. Exercice d’interview en situation.

Comment s’inscrire ?

Très facile, écrivez-nous à escuelaterratv@gmail.com.

Thierry Deronne, coordinateur des formations internationales de l’EPLACITE et de TERRA TV

Ci-dessous: trailer, pour sa prochaine sortie, de notre documentaire « Commune », fruit d’un an de travail au sein d’un quartier populaire de Caracas. Réalisation: Jesus Reyes et Victor Hugo Rivera.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire